Quatre Prix décernés aux diplômés de la HEAR

Prix27.06.2016 #ART #COMMUNICATION GRAPHIQUE #DESIGN #ÉTUDIANTS #ÉDITIONS #MULHOUSE #STRASBOURG

Montasser Drissi (Prix Communication – ville de Strasbourg), Simon Morda-Cotel (Prix Art – ville de Strasbourg), Clara Neumann (Prix du meilleur mémoire) et Marie Kolb (Prix Design – ville de Mulhouse) sont les diplômés primés 2016 par les villes de Mulhouse et Strasbourg. Les prix Art, Design et Communication sont chacun dotés d’une bourse de 1000 €. Le prix Mémoire finance l’édition de l’ouvrage aux éditions de la HEAR.


Montasser Drissi. Prix Communication – ville de Strasbourg

Né en 1991 à Rabat (Maroc) – DNSEP/master, Communication graphique, Strasbourg
www.montasserdrissi.com

«En 2014, Mamfakinch, le média citoyen marocain qui relayait les informations du mouvement du 20 février a arrêté ses activités suite à une cyberattaque menée par les services de renseignement. Dans un contexte où la censure augmente, il est important que le média reprenne ses activités pour documenter et attirer l’attention sur les problèmes auxquels font face les journalistes et les ONG marocaines. À travers la création graphique et le développement d’un site web, mon intervention concerne l’organisation des informations très diverses que le média reçoit (articles, rapports de censure, fuites d’emails, fichiers bruts, etc.) dans une plateforme reliée à des bases de données, puis dans une publication qui sert de bilan annuel.»
Jury : David Cascaro (directeur de la Haute école des arts du Rhin), Gilles Million (directeur de la Confédération de l’illustration et du livre d’Alsace) et Ada Reichhart (conseillère à l’Eurométropole de Strasbourg).

Simon Morda-Cotel. Prix Art – ville de Strasbourg
Né en 1992 à Beauvais (France). DNSEP/master Art, équipe Le Plateau, Mulhouse
www.wosehere.com

«Influencées par l’esthétique de la construction, mes abstractions géométriques convoquent toujours une présence architecturale. C’est le graffiti qui m’amène naturellement vers la peinture. Séduit par le dynamisme des lettres, je nourris ma passion dans les friches industrielles. Depuis, mon travail interroge le rapport entre peinture et espace. Mes recherches s’orientent vers une pratique à la fois picturale et sculpturale en questionnant les enjeux de l’in situ.»
Jury : Patricia Houg (conseillère culturelle du président du directoire de Strasbourg événements, directrice du développement culturel du groupe GL Events et commissaire d’expositions), Gabrielle Kwiatkowski (direction de la culture – département des arts visuels, ville et Eurométropole de Strasbourg) et Estelle Pagès (directrice des études d’arts plastiques à la Haute école des arts du Rhin).

Clara Neumann. Prix du meilleur mémoire, pour son mémoire
«Entre lieux communs et merveilles» – ville de Strasbourg
Née en 1992 à Paris (France). DNSEP/master, Communication graphique, Strasbourg
www.claraneumann.fr

«À l’opposé des cabinets de curiosités des 17e et 18e siècles, qui exposaient de objets en raison de leur nature insolite, il existe aujourd’hui sur Internet des sites où s’accumulent les images d’objets ordinaires, qu’il conviendrait peut-être alors d’appeler «cabinets de banalités». Divers artistes contemporains se lancent ainsi dans d’étranges inventaires, attachés chacun à des sujets très étroits, mais qui, mis bout à bout, pourraient tisser les fils d’une vaste entreprise consistant à indexer le monde : un projet étonnamment proche de celui des philologues de l’Antiquité, qui établissaient autour de sujets divers et variés des listes titanesques, et assemblaient petit à petit un faisceau de connaissances éparses entre lesquelles la pensée devait tisser sa toile.»
Jury : Julie Crenn (critique d’art, commissaire et historienne de l’art), Nicolas Fourgeaud (enseignant à la Haute école des arts du Rhin) et Estelle Pagès (directrice des études d’arts plastiques à la Haute école des arts du Rhin).

Marie Kolb. Prix Design – ville de Mulhouse
Née en 1993 à Mulhouse (France). DNSEP/master Design graphique, Mulhouse

«Mon travail s’organise autour de l’enfance, dans l’espace social et familial. J’utilise les codes et les outils qui sont liés à cette période de notre existence, et notamment à ceux que l’on peut retrouver dans le milieu scolaire. Je m’en sers pour délivrer la vision que j’ai de cette période, à rebours de l’image de bonheur et d’innocence qu’on y attache.»
Jury : Hugues Klein (architecte à Mulhouse), Frédérique Olland (administratrice adjointe de la Haute école des arts du Rhin) et Michel Samuel-Weis (vice-président de la Haute école des arts du Rhin, adjoint au maire de Mulhouse).