La musique contemporaine décomplexée

05.05.2013 #CONCERT #ENSEIGNANTS #ETUDIANTS #MUSIQUE
Luigi Gaggero (sur la photo)

Après un premier concert en février consacré aux compositeurs Messiaen, Varèse et Boulez, l’Ensemble de musique contemporaine composé d’étudiants de l’Académie supérieure de musique de la Haute école des arts du Rhin, présentera ce printemps, sous la direction artistique de LUIGI GAGGERO*, son second concert.

.HEAR : Comment l’ensemble est-il construit ?
Luigi Gaggero : Il s’agit d’un ensemble à géométrie variable. Au début de chaque année je choisis, en accord avec la direction, des pièces – phare de la musique du XXe et XXIe siècles. J’essaie de construire un programme cohérent et qui puisse représenter, pour nous les musiciens comme pour le public, un voyage à travers des mondes proches ou complémentaires. Mais à l’intérieur de cette cohérence poétique, je choisis des pièces avec des formations très différentes, pour que plusieurs élèves puissent participer au projet. D’ailleurs, chaque programme comprend au moins une pièce solo ou de musique de chambre, non dirigée, donc. Ainsi dans le concert de février, on a pu entendre la voix d’une soprano, la flûte et le piano comme solistes, et plusieurs ensembles avec un arsenal de percussions et d’instruments à vent. Et seulement deux cordes cette fois-là : une harpe et une contrebasse.

Le programme de notre second concert nous emmènera en Hongrie avec Péter Eötvös, le merveilleux Kammerkonzert de György Ligeti et le Concerto pour cymbalum de Luca Francesconi, un véritable hommage à l’instrument hongrois par excellence, le cymbalum, et fortement inspiré par l’énergie rythmique ligetienne.

.HEAR : Les musiciens sont-ils tous étudiants de l’Académie supérieure de musique ou bien y a t-il également des élèves du Conservatoire ?
L.G.
 : Comme décidé par Vincent Dubois, directeur de l’Académie supérieure de musique et du Conservatoire de Strasbourg, l’Ensemble est réservé en priorité aux étudiants de l’Académie, mais même des élèves avancés du Conservatoire peuvent y participer, s’ils ont le niveau et la passion pour le faire. Et, j’aime le souligner, ce fut le cas de plusieurs étudiants déjà dans ce premier concert de l’Ensemble !

.HEAR : Comment les musiciens ont-ils été choisis ?
L.G. : Au début de l’année on affiche toutes les pièces avec les dates de répétition et les formations détaillées. Les élèves intéressés peuvent s’inscrire, et ils peuvent décider de ne jouer qu’une seule pièce à l’intérieur d’un concert, voire plusieurs pièces, voire de jouer entièrement les deux concerts ! Cela est fait bien sûr en accord avec leur professeur d’instrument. J’étais très heureux de voir que, déjà pour cette première année d’activité de l’Ensemble, les inscriptions des élèves ne se sont pas faites attendre ! Aussi, pour l’année prochaine, plusieurs enseignants m’ont proposé des pièces qu’ils aimeraient faire jouer à leurs élèves. Effectivement, comme l’intérêt pour la musique contemporaine est très vif dans notre établissement, et que l’activité de “musicien d’ensemble” jouera un rôle très important dans la vie musicale future de beaucoup de nos étudiants, l’Ensemble de musique contemporaine leur donne l’opportunité de faire une première expérience dans ce domaine.

.HEAR : comment se sont organisées les répétitions ?
L.G. : J’ai organisé le travail en deux sessions par concert, chacune de trois jours. Dans la première, soit un mois avant le concert, on fait toutes les répétitions partielles nécessaires et au moins une répétition tutti, pour résoudre les difficultés de lecture de la pièce et pour donner à l’Ensemble une première idée de comme la pièce devrait sonner. Après, nous avons encore la deuxième session pour essayer de trouver un véritable son d’ensemble et affiner l’interprétation.

Ensemble de musique contemporaine – Samedi 18 mai à 20h
Auditorium – Cité de la musique et de la Danse, 1 pl. Dauphine, Strasbourg
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Renseignements : + 33 (0)3 88 43 68 21

* : Luigi Gaggero, originaire de Gênes, a étudié le cymbalum avec Márta Fábián à Budapest, les instruments à percussion avec Andrea Pestalozza à Gênes, puis avec Edgar Guggeis et Rainer Seegers à la Hochschule für Musik Hanns Eisler à Berlin où il a passé brillamment son Diplôme de fin d’études et son Diplôme de soliste (Konzertexamen). De plus il a reçu par deux fois le Prix Hanns-Eisler pour l’interprétation de la musique contemporaine. Il a participé à des concerts dans toute l’Europe (Berliner Festspiele, Ultraschall-Festival et Philharmonie de Berlin, WDR Cologne, NDR Hambourg, MDR Leipzig, Dresdner Musikfestspiele, Konzerthaus Dortmund, Prinzregententheater de Munich, de Singel d’Anvers, Royal Festival Hall de Londres, Konserthuset de Goteborg, Biennale de Venise et de Salisbourg, Milano Musica, Società del Quartetto, Musica-Strasbourg, Radio France, Fundaçao Gulbenkian de Lisbonne, Filarmonica Romana) et à New York (Carnegie Hall). Il joue avec les orchestres du Berliner Philharmoniker, Münchner Philharmoniker, Deutsches Symphonie- Orchester Berlin, Rundfunk Sinfonieorchester Berlin, SWR de Fribourg et Frankfurt, Berliner Sinfonie- Orchester, Gürzenich-Orchester et WDR de Cologne, Orchestre du Théâtre de La Monnaie à Bruxelles, Orchestra Mozart, Orchestra RAI de Turin, Orchestra del Maggio Musicale Fiorentino, Orchestra del Teatro La Fenice à Venise, Orchestra della Toscana, Orchestre de la Suisse italienne, Orchestre Symphonique de la RTVE, et avec les ensembles Scharoun, MusikFabrik, Oriol, Resonanz, United Berlin, Modern, Contrechamps, Itinéraire, Accroche Note, Österreichisches Ensemble für Neue Musik, Musiques Nouvelles, Spectra, Remix, Gageego sous la direction de Claudio Abbado, Daniel Barenboim, Pierre Boulez, Peter Eötvös, Philippe Jordan, Riccardo Muti, Kent Nagano, Kazushi Ono, Zoltán Peskó, et Simon Rattle. En tant que soliste il a joué avec le Sinfonieorchester des NDR de Hambourg, l’Orchestra Filarmonica della Scala di Milano, Radio Filharmonisch Orkest Holland, Münchener Kammerorchester, Orchester der Komischen Oper Berlin, Philharmonia Orchestra et avec de nombreux ensembles. Luigi Gaggero a effectué divers enregistrements radiotélévisés et discographiques. Son CD récital Un brin de bruyère paru chez Stradivarius a reçu les 5 diapasons. En tant que chef il dirige notamment la musique baroque et contemporaine. Il a fondé à Strasbourg l’Ensemble vocal La dolce maniera, spécialisé dans l’interprétation de la musique des XVIème et XVIIème siècles. Luigi Gaggero est professeur de cymbalum depuis 2004 et directeur de l’Ensemble de musique contemporaine depuis 2012 à l’Académie supérieure de musique de Strasbourg / Haute école des arts du Rhin.