Première conférence du programme de recherche Lignes de front


27-03-2013 #RECHERCHE #COMMUNICATION GRAPHIQUE #STRASBOURG
Die-Aktion-n.-1-2,-1915, illustration de Ludwig Meidner 

NICOLAS BEAUPRÉ tiendra une conférence autour de « Guerre et littérature : les milieux littéraires dans la grande guerre » écrivains, éditeurs et revues en France et en Allemagne 1914-1918. Rendez-vous le 11 avril à 17h30 à l’auditorium, 1 rue de l’Académie à Strasbourg.

C’est dans le cadre du programme de recherche « Lignes de Front. Graphisme et culture visuelle face aux enjeux commémoratifs de la Première Guerre mondiale », que l’Atelier de communication graphique de la Haute école des arts du Rhin invite l’auteur et docteur en histoire Nicolas Beaupré, pour une conférence où sera évoquée l’adaptation des milieux littéraires allemands et français en contexte de guerre mondiale.

NICOLAS BEAUPRÉ est un maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Clermont-Ferrand. Ses recherches portent sur la Grande Guerre et ses conséquences, l’entre-deux-guerres et l’histoire franco-allemande. Il a notamment publié Ecrire en guerre, écrire la guerre (France, Allemagne 1914-1920), un essai d’histoire culturelle comparée de la première guerre mondiale, et Les grandes guerres (1914-1945), un ouvrage sur les enjeux des deux guerres mondiales, à travers la démographie, les institutions, la culture.

Alors que se préparent de nombreuses manifestations de commémoration et de médiation, pour la Première Guerre mondiale, il est opportun d’interroger le rôle du graphisme et plus largement de la culture visuelle dans la formation, l’étude et la médiation de l’objet historique que constitue la Première Guerre mondiale.

RENFORCER L’INSCRIPTION DES PRATIQUES GRAPHIQUES DANS LE DÉBAT HISTORIQUE

Le programme de recherche Lignes de front part du constat que le champ de la commémoration, et tout particulièrement autour de la Grande Guerre semble avoir été, sauf à quelques exceptions significatives, délaissé par les recherches graphiques contemporaines.

Lignes de front veut renforcer l’inscription des pratiques graphiques dans le débat historique et révéler le rôle que joue la culture visuelle dans la construction de l’imaginaire commémoratif. Il souligne ainsi le positionnement de l’atelier de communication graphique de la Haute école des arts du Rhin dans le domaine de la recherche, qui avait déjà donné lieu en 2000 à l’exposition et à la publication « Signes de la Collaboration et de la Résistance ».

L’atelier de communication graphique de la Haute école des arts du Rhin, veut apporter sa contribution à ces réflexions, avec un programme qui associera recherches visuelles et études historiques, sous des formes variées et évolutives, trouvant corps aussi bien dans le graphisme, la photographie, les arts numériques, l’internet, l’édition et la scénographie. En arrière plan, il se propose également d’explorer les usages et les spécificités de la recherche en écoles d’art.

UN VOLET ÉTUDE ET MÉDIATION

Il recouvre les enjeux culturels et pédagogiques en proposant une réflexion historique autour des signes produits pendant le conflit et à l’occasion de ses commémorations.

Un vaste chantier de collecte d’informations, une sorte d’inventaire dont la méthode s’écrit au cours de l’exercice et qui favorise une certaine autonomie méthodologique des étudiants, est menée par des groupes constitués autour de thèmes de recherche ouverts et polysémiques (camouflage, écritures, machines, frontières, inventaire, ersatz, monument…).

Parallèlement, un cycle de conférences sollicitant des spécialistes, historiens, anthropologues, sociologues et historiens d’art, programmé dans une perspective interdisciplinaire et franco-allemande, assure l’arrière-plan théorique et historique du projet.

UN VOLET RESTITUTIONS

Le second volet du dispositif prolonge cette phase d’étude par une phase de production au cours de laquelle chaque groupe d’étudiants propose des projets graphiques complets destinés à accompagner le temps commémoratif. Ces projets doivent avoir un caractère innovant et critique. En même temps qu’un système graphique, ils proposent une réflexion sur l’imagerie de commémoration, ses sources, ses modes de diffusion et ses formes.

Les propositions sont ensuite coordonnées par les enseignants dans un projet global d’intervention urbaine qui établira une stratégie de diffusion à des niveaux et avec des formes différenciés (affichage, manifestations, publications, interventions en milieu urbain et sur l’internet, et toutes formes qui seront imaginées par les groupes de recherche).

Trois modes de restitution sont envisagés :

  1. Un site internet (2013 – en cours de construction) recensant les recherches menées au sein de l’école et avec ses partenaires, informant des activités associées au programme, et proposant un réflexion sur les formes numériques de la commémoration.
  2. Une exposition (2014) qui présentera des documents imprimés anciens, connus ou confidentiels, à forte valeur graphique, associés à des relectures éminemment contemporaines de l’iconographie de guerre, sous des formes graphiques et audiovisuelles.
  3. Une publication (2015) sous la forme d’un ouvrage collectif, associant là aussi regards d’historiens et de créateurs, qui restituera les recherches menées sous une forme synthétique.

NICOLAS BEAUPRÉ – GUERRE ET LITTÉRATURE : LES MILIEUX LITTÉRAIRES DANS LA GRANDE GUERRE, ÉCRIVAINS, ÉDITEURS ET REVUES EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE 1914-1918
Jeudi 11 avril à 17h30, auditorium de la Haute école des arts du Rhin, 1 rue de l’Académie à Strasbourg.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.